Selon une étude scientifique, les études scientifiques ne sont pas fiables.

Des chercheurs américains ont reproduit une centaine d’études pour les vérifier. Résultat, moins de la moitié des contre-études sont arrivées aux mêmes conclusions que les recherches originales.

Des protocoles identiques, des échantillons similaires, mais des résultats différents. Une équipe de 270 chercheurs américains a tenté de reproduire des études de psychologie. Dans à peine 40% des cas ils sont arrivées aux mêmes résultats que les recherches originales, selon les conclusions de ce projet, baptisé «Reproducibility Project», publiées jeudi dans la revue Science.

Les études en question avaient été publiées initialement en 2008 dans trois revues scientifiques de référence (Psychological Science, the Journal of Personality and Social Psychology, et the Journal of Experimental Psychology), et traitaient aussi bien de comportements sociaux, de la perception ou de la mémoire.

Attention, le «Reproducibility Project» ne conclue pas pour autant que les études concernées sont erronnées, simplement que certains résultats sont exagérés. Très peu d’études ont d’ailleurs été contredites. Leurs résultats étaient simplement plus faibles, moins fiables, par exemple parce que les échantillons étaient trop petits.

«Il est important de noter que ces résultats assez décevants ne remettent pas directement en cause la validité des théories initiales», explique Gilbert Chin, psychologue et rédacteur en chef de Sciences, cité par l’AFP. Ce que nous apprenons, c’est que nous devrions moins faire confiance à beaucoup des résultats de ces expériences».

Pour Brian Nosek, co-auteur de l’étude et chercheur à l’université de Virginie, cela montre également que les scientifiques doivent constamment se remettre en question. Surtout que les résultats pourraient être encore moins concluants dans d’autres disciplines, y compris de sciences dites dures, comme la biologie cellulaire, les neurosciences ou la médecine clinique.

«Cette étude montre que nous avons un problème, mais nous pouvons tenter d’y remédier», estime de son côté Dorothy Bishop, professeur de développement neuropsychologique à l’université d’Oxford. Elle invite les chercheurs à travailler sur des échantillons plus représentatifs, à enregistrer obligatoirement leurs méthodes d’enquête en amont, et à publier les données récoltées, afin que leurs expériences puissent être reproduites plus facilement.

Ce type de démarche de vérification ne fait cependant pas l’unanimité dans la communauté scientifique, certains détracteurs pointant le fait que les contre-études, souvent réalisées par de jeunes chercheurs moins expérimentés, ne sont elles jamais vérifiées.

http://www.liberation.fr/sciences/2015/08/29/selon-une-etude-scientifique-les-etudes-scientifiques-ne-sont-pas-fiables_1371394

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s