Pourquoi y a-t-il des bulles dans le champagne ?

Quinn Dombrowski 630x420

Si la boisson dorée pétille si joliment, c’est que le précieux liquide contient du dioxyde de carbone (CO2) dissous. Mais cela ne suffit pas pour donner naissance à ses bulles délicates. Pour cela, un second ingrédient est nécessaire : il faut que les verres soient sales !

Commençons par le gaz qui fait toute la différence entre un champagne et un simple vin blanc. Il lui vient d’une deuxième fermentation, la champagnisation. Après avoir passé une semaine en fût au terme de laquelle le jus de raisin se transforme en vin blanc, celui-ci subit une seconde fermentation en bouteille cette fois, mais avec de la levure et du sucre. Le sucre est alors dégradé, formant de l’alcool et du CO2. Mais la bouteille est hermétique et le gaz ne peut s’échapper. La pression augmente et il se dissout finalement dans le liquide.

C’est ainsi que dans une bouteille, la pression s’élève à 6 bars, forçant 5 litres de CO2 à se dissoudre dans les 75 cl de nectar. Une simple bouteille de vin n’y résisterait pas ! D’où l’épaisseur du verre et la résistance du bouchon. Une fois délivré du fil de fer entortillé qui le maintient, il ne demande qu’à sauter. La pression redescend alors d’un coup de 6 à 1 bar. « Selon les lois de la thermodynamique, l’état normal du CO2 est gazeux à la pression atmosphérique », détaille Gérard Liger-Belair, du laboratoire d’œnologie de l’université de Reims.

Ainsi, la baisse de pression inflige au CO2 dissous une irrésistible transition de phase : 80 % du gaz s’échappe immédiatement par la surface du liquide tandis que les 20 % restants donneront naissance aux bulles. A condition qu’un nouvel élément vienne favoriser leur libération. Le déclencheur ? Des poussières, des grains de calcaire ou des fibres de tissus qui logent, invisibles, contre la paroi des verres. Ce sont eux qui lancent le départ d’une réaction en chaîne qui va illuminer le verre de milliers de bulles.

Lorsque le champagne est versé dans sa coupe, il n’arrive pas à s’insinuer dans toutes les irrégularités des particules microscopiques. Il reste donc de minuscules bulles d’air. Et c’est là que tout commence. Le CO2 dissous trouve une porte de sortie pour s’évaporer, dans la bulle. La gloutonne va se nourrir du gaz et grossir jusqu’à se détacher de la poussière. Elle commence alors son ascension… De plus en plus vite car tout en s’élevant, propulsée par la poussée d’Archimède, elle continue de se charger en CO2.

Alors exit le lave-vaisselle, rien ne vaut mieux que de laver les flûtes à la main et de les essuyer avec un chiffon doux, ou de les laisser sécher à l’air libre, la tête en haut.

http://www.science-et-vie.com/2015/10/pourquoi-y-a-t-il-des-bulles-dans-le-champagne%E2%80%89/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s